Aménager une chambre d’enfant dans l’esprit « Montessori »

Ayant allaité assez longtemps Alice, puis Anaïs, nos deux plus petites poulettes ont dormi leur première année à mes côtés en cododo. Puis il a fallu penser à aménager leur chambre, leur proposer un endroit rassurant et accueillant pour bien dormir.

Alice ne supportait pas du tout le lit que nous lui avions acheté, dans ce style :lit plexi

Elle tapait dans les vitres en plexi, se réveillait beaucoup en pleurant. Inspirée de la pédagogie Montessori, j’ai convaincu mon mari de lui proposer un aménagement dans cet esprit. Le but étant de permettre à l’enfant de bouger librement; l’autonomie étant l’intérêt premier de Maria Montessori.

Nous avons opté pour un matelas posé au sol et nous avons ajouté un tapis à côté de celui-ci.

chambre 1

 photo trouvée sur ce site

Au départ, nous avions entouré le matelas de petits coussins afin de prévenir des chutes. Cela nous rassurait mais Alice n’est jamais tombée de son matelas.

Autour des 12 mois d’Anaïs, nous avons ajouté un deuxième matelas, collé à celui de sa soeur. Elles dorment ainsi depuis presque un an désormais.

Niveau sécurité, nous avons expliqué à Alice que si elle se réveillait avant sa soeur, il fallait qu’elle referme la porte de sa chambre délicatement afin de ne pas la réveiller, et surtout éviter qu’elle se retrouve seule dans les escaliers. Alors, elle a bien compris qu’il fallait fermer la porte mais pour la délicatesse, c’est autre chose. On lui a proposé de laisser la porte contre et je la ferme moi-même ensuite. C’est mieux ainsi !

Dans la chambre des filles, nous n’avons aménagé qu’un espace « repos » car elles ne vont dans leur chambre que pour dormir. Etant assistante maternelle, je dispose au rez de chaussée d’un espace aménagé pour les plus petits (que je vous présenterai bientôt) et comme les filles ont été cododotées leur première année, pas besoin d’un espace « change » dans leur chambre.

Tout ce que nous souhaitions, c’est qu’elles disposent d’un endroit calme où elles puissent dormir sereinement, sans être enfermées dans un lit à barreaux. Elles ont à leur disposition un bac avec des livres qu’elles peuvent regarder quand elles le souhaitent.

Cette méthode fonctionne très bien chez nous. Les filles dorment bien, se sentent bien dans leur chambre. Nous les retrouvons souvent l’une contre l’autre, ou complètement à l’opposé de comment elles s’étaient couchées. Parfois, il arrive que l’une soit réveillée par la jambe ou le bras de l’autre sur elle, c’est assez rigolo!

Je me suis pas mal aidée d’internet pour aménager leur chambre alors je vous propose quelques photos qui m’ont permis de m’inspirer.

Publicités

Un concours Montessori, ça vous dit ?

En parcourant le net afin de trouver du matériel Montessori, j’ai fait la connaissance de Chrystele, une créatrice qui tient sa petite boutique sur A Little Market.

Chrystele est assistante maternelle depuis 5 ans et est formée à la pédagogie Montessori.
En cherchant elle aussi du matériel, elle a eu envie de le fabriquer et de le commercialiser.
Elle avoue tout de même se faire aider de son mari pour la découpe du bois.
De plus, elle vient de créer son association « L’atelier des petites mains » et propose des ateliers le samedi matin.
Elle a pour projet de suivre la formation pour les 3-6 ans et de proposer aux parents d’accueillir toute l’année leurs enfants avec des apprentissages selon la méthode Montessori.

Chrystele vend donc sur sa boutique des jeux inspirés de la pédagogie Montessori : des jeux d’enfilage, d’emboitement, des hochets super mignons… à des prix tout doux.

Je vous invite à découvrir sa page Facebook ici

Et pour la bonne surprise du jour, nous vous proposons de participer à un concours afin de gagner le jeu de « Perles en bois à enfiler » que mes filles ont eu le plaisir d’essayer!

concours chrystele

Pour participer :

Liker et partager ma page Facebook  ainsi que la page Facebook de Chrystele

Les conditions de participation sont expliquées sur ma page Facebook.

Bonne chance!

 

L’histoire de Maria MONTESSORI

Maria-Montessori2-1

Maria MONTESSORI, figure emblématique de la femme en devenir du début du vingtième siècle, nait dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, en 1870, dans une petite ville provinciale des Marches, en Italie.

Elle sera dès le début du vingtième siècle docteur en médecine, licenciée en philosophie, psychologie et biologie. Jeune femme engagée dans son époque, elle participe activement à l’ardente campagne menée, non seulement en Italie, mais dans le monde entier, en faveur de la conquête des droits politiques et sociaux des femmes. Elle apporte au mouvement féministe une contribution active. Elle représentera l’Italie aux congrès féministes de Londres 1889 et de Berlin 1900.

Elle est tout d’abord médecin pour femmes puis s’occupe des enfants déficients en Clinique Psychiatrique, ceux que l’on appelle à l’époque « les idiots ».
Ils n’ont aucun moyen, s’amusent avec des miettes qui trainent.
Elle se rend compte que les activités spontanées plaisent aux enfants, qu’ils se déploient dans la liberté.
Elle rencontre deux grands médecins éducateurs français : J.G ITARD et E. SEGUIN.
Elle découvre l’importance de développer les sens.
Après sa rencontre avec les médecins français, elle propose leur matériel aux enfants déficients, et les résultats sont considérables. Non seulement ces enfants réussissent les examens italiens mais ils les réussissent encore mieux que les enfants dits « normaux »!

Ce matériel est donc partagé à tous les enfants.
Maria Montessori crée un lieu adapté, la Maison des enfants, la toute première à San Lorenzo en 1907 avec :
-des tables et des chaises à hauteur des enfants
-un SAS pour laver les enfants sales de San Lorenzo afin qu’ils puissent entrer en classe propres

Elle remarque que les enfants répètent leurs activités de nombreuses fois. Elle observe…
Elle se rend compte que l’enfant a des caractéristiques humaines qu’il faut développer.
Plusieurs périodes sensibles sont repérées.
Il faut créer un lieu qui propose des activités spontanées et la liberté de mouvement pour l’enfant.

Les périodes sensibles :

La période sensible du mouvement : l’enfant a besoin de bouger, de se déplacer.
En conséquence, les activités sont pensées pour créer un mouvement volontaire (1 cube à la fois pour la tour rose, loin du rangement par exemple)

La période sensible du langage : c’est vers deux ans que le langage apparaît, on assiste alors à une véritable explosion des mots et cette période va s’étendre jusqu’à environ 7 ans.

La période sensible du développement sensoriel : les neurosciences ont prouvé que l’enfant a besoin de manipuler pour développer son intelligence.

La période sensible du développement social : l’enfant a besoin de 3 ans pour connaitre l’environnement qui l’entoure, la différence entre lui et ses proches, ses voisins…
De 3 à 6 ans, il construit sa relation sociale par des activités individuelles, il n’est pas capable de travailler en groupe avant 6 ans environ.

La période sensible de l’ordre : c’est la construction de la confiance en soi, la régularité, les habitudes, la sécurité intérieure.

La période sensible des petits objets : contrairement à l’adulte, les très jeunes enfants ont d’abord la capacité de remarquer les petits détails de leur environnement.

En respectant chaque période sensible, Maria Montessori met en place un environnement adapté.
Exemple de la tour rose : toujours rangée au même endroit (ORDRE), il faut aller la chercher cube par cube (MOUVEMENT), trouver le plus petit ou le plus gros cube (LANGAGE), il n’y a qu’un seul exemplaire donc c’est chacun son tour (DEVELOPPEMENT SOCIAL)…

L’enfant a un esprit particulier, un esprit absorbant (tel une éponge).
Inconscient jusque ses 3 ans, il fait ensuite ses propres choix.
Vers 6 ans, les caractéristiques changent et il y a ensuite plusieurs périodes observables des 6/12 ans, des 12/18 ans et des 18/24 ans.

Le matériel MONTESSORI nourrit les caractéristiques humaines, les périodes sensibles.
Il est destiné à donner à l’enfant une clé pour aller plus loin dans l’exploration de son développement.
Par exemple, les pichets d’eau ou de transvasement de riz, le matériel qui permet de visser/dévisser servent à préparer aux mouvements de l’écriture.

Elle organise des cours internationaux à partir de 1913. De nombreuses associations et organisations caritatives lui demandent de créer des maisons d’enfants. Elle multiplie les voyages pour effectuer des conférences et organiser des stages de formation pédagogique.
Lors de la première guerre mondiale, Maria Montessori tient une conférence aux Etats Unis.
Elle fait connaitre sa pédagogie.
Lors de la seconde guerre mondiale, elle est en Inde et se rend compte que les caractéristiques humaines sont les mêmes partout.
Elle développe des cours de formation, crée des écoles.
C’est ainsi que les écoles Montessori se déploient.
Certains pays mettent en place l’instruction officielle Montessori (en Finlande par exemple, pays où les résultats scolaires sont les meilleurs…).
Elle restera en Inde jusqu’en 1946.
En 1952, elle retourne en Italie, puis s’installe aux Pays Bas, où elle meurt à l’âge de 81 ans.

Le maître est l’enfant

Le 28 Janvier dernier, j’ai eu la chance de participer à l’avant-première du documentaire « Le maître est l’enfant » à Roubaix.

Cliquez ici pour visionner la bande annonce

Celui-ci a été tourné dans une classe de maternelle de Christian Maréchal, éducateur Montessori, afin de présenter les valeurs, la pratique et les enjeux de la pédagogie Montessori.

Nous partons à la rencontre des enfants, nous les observons évoluer dans un environnement libre et qui leur est complètement destiné.
Quel bonheur de les voir concentrés, autonomes, enthousiastes d’apprendre et heureux!
Leur maitre m’a particulièrement touché; un homme qui a l’air d’une douceur et d’une patience rares de nos jours dans beaucoup (trop) d’écoles… et complètement passionné par son métier.
Je rêverai que mes filles suivent leur scolarité dans sa classe…

A la maison, pour mes filles ainsi que pour les enfants que j’accueille, je m’inspire beaucoup de la pédagogie Montessori et ce film m’a permis de voir le travail d’un professionnel envers les enfants, la manière d’aborder et de présenter les activités. D’ailleurs, j’en ai mis certaines en pratique à la maison depuis…

En fin de journée, avait lieu une conférence présentée par Christian Maréchal sur Maria Montessori.
J’y consacrerai un prochain article car il y a beaucoup de choses à dire !!

Si vous êtes sensibles à cette pédagogie, je vous conseille vivement d’aller voir ce film, sa sortie officielle devrait avoir lieu en Septembre 2017.
En attendant, je vous invite à visiter le site (en lien au début de l’article) qui propose quelques bonus bien intéressants sur le tournage et sur la méthode Montessori comme « Se mettre au travail dans une ambiance Montessori »…

Vous pouvez même les soutenir financièrement en commandant le DVD du film (qui sortira normalement environ 4 mois après la sortie officielle au cinéma) ou pour les chanceux qui peuvent encore participer aux avant-premières, prendre vite vos billets pour celles de Fréjus, Arcueil, Metz, Nancy ou Nogent sur Marne.

lemaitreestlenfant_fr