L’histoire de Maria MONTESSORI

Maria-Montessori2-1

Maria MONTESSORI, figure emblématique de la femme en devenir du début du vingtième siècle, nait dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, en 1870, dans une petite ville provinciale des Marches, en Italie.

Elle sera dès le début du vingtième siècle docteur en médecine, licenciée en philosophie, psychologie et biologie. Jeune femme engagée dans son époque, elle participe activement à l’ardente campagne menée, non seulement en Italie, mais dans le monde entier, en faveur de la conquête des droits politiques et sociaux des femmes. Elle apporte au mouvement féministe une contribution active. Elle représentera l’Italie aux congrès féministes de Londres 1889 et de Berlin 1900.

Elle est tout d’abord médecin pour femmes puis s’occupe des enfants déficients en Clinique Psychiatrique, ceux que l’on appelle à l’époque « les idiots ».
Ils n’ont aucun moyen, s’amusent avec des miettes qui trainent.
Elle se rend compte que les activités spontanées plaisent aux enfants, qu’ils se déploient dans la liberté.
Elle rencontre deux grands médecins éducateurs français : J.G ITARD et E. SEGUIN.
Elle découvre l’importance de développer les sens.
Après sa rencontre avec les médecins français, elle propose leur matériel aux enfants déficients, et les résultats sont considérables. Non seulement ces enfants réussissent les examens italiens mais ils les réussissent encore mieux que les enfants dits « normaux »!

Ce matériel est donc partagé à tous les enfants.
Maria Montessori crée un lieu adapté, la Maison des enfants, la toute première à San Lorenzo en 1907 avec :
-des tables et des chaises à hauteur des enfants
-un SAS pour laver les enfants sales de San Lorenzo afin qu’ils puissent entrer en classe propres

Elle remarque que les enfants répètent leurs activités de nombreuses fois. Elle observe…
Elle se rend compte que l’enfant a des caractéristiques humaines qu’il faut développer.
Plusieurs périodes sensibles sont repérées.
Il faut créer un lieu qui propose des activités spontanées et la liberté de mouvement pour l’enfant.

Les périodes sensibles :

La période sensible du mouvement : l’enfant a besoin de bouger, de se déplacer.
En conséquence, les activités sont pensées pour créer un mouvement volontaire (1 cube à la fois pour la tour rose, loin du rangement par exemple)

La période sensible du langage : c’est vers deux ans que le langage apparaît, on assiste alors à une véritable explosion des mots et cette période va s’étendre jusqu’à environ 7 ans.

La période sensible du développement sensoriel : les neurosciences ont prouvé que l’enfant a besoin de manipuler pour développer son intelligence.

La période sensible du développement social : l’enfant a besoin de 3 ans pour connaitre l’environnement qui l’entoure, la différence entre lui et ses proches, ses voisins…
De 3 à 6 ans, il construit sa relation sociale par des activités individuelles, il n’est pas capable de travailler en groupe avant 6 ans environ.

La période sensible de l’ordre : c’est la construction de la confiance en soi, la régularité, les habitudes, la sécurité intérieure.

La période sensible des petits objets : contrairement à l’adulte, les très jeunes enfants ont d’abord la capacité de remarquer les petits détails de leur environnement.

En respectant chaque période sensible, Maria Montessori met en place un environnement adapté.
Exemple de la tour rose : toujours rangée au même endroit (ORDRE), il faut aller la chercher cube par cube (MOUVEMENT), trouver le plus petit ou le plus gros cube (LANGAGE), il n’y a qu’un seul exemplaire donc c’est chacun son tour (DEVELOPPEMENT SOCIAL)…

L’enfant a un esprit particulier, un esprit absorbant (tel une éponge).
Inconscient jusque ses 3 ans, il fait ensuite ses propres choix.
Vers 6 ans, les caractéristiques changent et il y a ensuite plusieurs périodes observables des 6/12 ans, des 12/18 ans et des 18/24 ans.

Le matériel MONTESSORI nourrit les caractéristiques humaines, les périodes sensibles.
Il est destiné à donner à l’enfant une clé pour aller plus loin dans l’exploration de son développement.
Par exemple, les pichets d’eau ou de transvasement de riz, le matériel qui permet de visser/dévisser servent à préparer aux mouvements de l’écriture.

Elle organise des cours internationaux à partir de 1913. De nombreuses associations et organisations caritatives lui demandent de créer des maisons d’enfants. Elle multiplie les voyages pour effectuer des conférences et organiser des stages de formation pédagogique.
Lors de la première guerre mondiale, Maria Montessori tient une conférence aux Etats Unis.
Elle fait connaitre sa pédagogie.
Lors de la seconde guerre mondiale, elle est en Inde et se rend compte que les caractéristiques humaines sont les mêmes partout.
Elle développe des cours de formation, crée des écoles.
C’est ainsi que les écoles Montessori se déploient.
Certains pays mettent en place l’instruction officielle Montessori (en Finlande par exemple, pays où les résultats scolaires sont les meilleurs…).
Elle restera en Inde jusqu’en 1946.
En 1952, elle retourne en Italie, puis s’installe aux Pays Bas, où elle meurt à l’âge de 81 ans.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s