Voici « Biscuit »!

J’avais le souhait d’avoir un lapin dans notre jardin. Un petit animal de compagnie que nous prendrions plaisir à aller voir, à câliner, à nous occuper tout simplement.

Je trouve important et super plaisant que les enfants grandissent auprès d’animaux. Je n’ai pas non plus envie d’en avoir beaucoup, le principal étant d’avoir le temps nécessaire pour bien s’en occuper.

Tout d’abord, il a fallu s’intéresser à l’environnement où allait vivre notre lapin. J’ai fait le tour des animaleries, j’ai regardé plusieurs sites mais les prix des clapiers étaient exorbitants! J’ai trouvé cette vidéo sur Youtube, je me suis donc mise au travail!

J’ai ajouté un enclos devant le clapier afin que notre lapin puisse se dégourdir les pattes, prendre l’air. Notre jardin n’est malheureusement pas suffisamment clôturé pour le laisser en liberté totale.

Une fois tout cela prêt, nous avons cherché notre futur « Biscuit ». J’avais réservé un lapereau à une dâme sur Le Bon Coin, mais au moment d’aller le chercher, celle-ci m’a « gentiment » informé qu’il avait été adopté par quelqu’un d’autre… Du coup, les filles étant super déçues, nous sommes allées jeter un oeil à l’animalerie « Maxi Zoo » de Seclin et avons craqué sur notre boule de poils.

Je n’étais pas spécialement emballée par l’idée d’acheter notre lapin en animalerie, j’avais entendu beaucoup de mauvaises choses, j’aurais préféré trouver un éleveur, mais nous ne regrettons pas notre choix, il est en pleine forme. Je n’ai pas choisi un lapin minuscule, j’ai fait attention à son état général, à ses yeux… Il me semblait en bonne santé et il l’est effectivement!!

Quel bonheur de le voir courir, sauter dans son enclos, venir à notre rencontre quand nous passons près de lui. C’est un gros gourmand, Anaïs l’a bien compris et lui amène toutes les fleurs de pissenlit qui poussent dans le jardin, je crois que Biscuit l’aime bien…

Nous espérons qu’il restera de nombreuses années avec nous! Je me tâte à prendre un deuxième lapin, j’ai lu beaucoup d’articles sur les difficultés à faire cohabiter deux lapins alors ça me refroidit un peu… Si vous avez des conseils, je prends!!

biscuit.jpg

 

 

 

Un petit tour chez Bonobo…

La semaine dernière, ma grande poulette se faisait opérer d’une fracture au bras. L’anesthésiste, adorable, m’a conseillé d’aller faire un tour pendant l’intervention plutôt que de stresser pendant plus d’une heure.

La clinique se situant à côté d’un hypermarché avec toutes ses boutiques adjacentes, j’en ai profité pour aller chez Bonobo, ouvert il y a peu.

Franchement, faire du shopping un mardi en début d’après midi : le BONHEUR !!

J’ai repéré quelques vêtements super jolis :

un débardeur avec un dos magnifique!

une chemise toute mimi

une jupe que j’ai essayé alors que j’ai pratiquement la même à la maison !!

une robe qui pourrait plaire aux Mamans qui allaitent

Cette courte virée shopping m’a fortement souligné qu’il serait bon de reprendre le sport afin de perdre les kilos qui me complexent encore… Je tiens à me sentir bien en maillot cet été alors à l’attaque!!

Programme des prochaines semaines :

  • Exercices abdos/ cuisses/ fesses
  • Boire plus d’eau et réduire le coca, une vraie addiction cette cochonnerie !!
  • Trouver une bonne crème raffermissante : il y a du boulot!!

J’ai de la « chance », il fait encore trop froid pour sortir les petites robes, il faut que j’en profite pour me bouger le popotin!!

bonobo

Désolée de la qualité des photos… pas facile de se prendre en photo dans une cabine d’essayage…

A la rencontre des producteurs !

Près de chez moi, à Avelin plus exactement, se trouve un magasin O’Tera.

Je ne sais pas s’il en existe partout en France donc pour ceux qui ne connaissent pas, O’Tera est un magasin qui propose des produits en partenariat avec les producteurs et fournisseurs locaux, en privilégiant le développement des circuits courts.

Les produits sont de qualité, les fournisseurs sont rémunérés au plus juste, il n’y a pas de concurrence entre les différents producteurs. Dans les rayons sont affichées la photo et l’adresse des partenaires qui fournissent les produits, mais aussi le prix auquel est acheté le produit par O’Tera, une parfaite transparence!

Des rencontres de producteurs sont proposées régulièrement en magasin et c’était le cas aujourd’hui! Un chouette programme était annoncé sur leur invitation…

invit otera

Nous avons donc rencontré plusieurs producteurs, nous avons pu gouter à différents produits (gâteaux, brioche, pâté, saucissons, glace, … ).

Un atelier « jardinage » proposait de repiquer un plant de tomate cerise dans un pot biodégradable. Les filles ont rempli le pot de terreau, semé leur plant, l’ont arrosé puis, avant de repartir avec, ont écouté les conseils pour l’entretenir et le replanter dans quelques semaines. Super chouette!

Nous avons profité de notre visite pour acheter de délicieuses fraises, du bon jus de pomme et des yaourts à boire!

Alice a profité des châteaux gonflables et des jeux pour enfants à l’extérieur. Anaïs a contemplé les volailles dans l’enclos à côté du magasin.

C’était bien sympa cette rencontre! Ca donne encore plus envie de mieux consommer!

otera

Un concours Montessori, ça vous dit ?

En parcourant le net afin de trouver du matériel Montessori, j’ai fait la connaissance de Chrystele, une créatrice qui tient sa petite boutique sur A Little Market.

Chrystele est assistante maternelle depuis 5 ans et est formée à la pédagogie Montessori.
En cherchant elle aussi du matériel, elle a eu envie de le fabriquer et de le commercialiser.
Elle avoue tout de même se faire aider de son mari pour la découpe du bois.
De plus, elle vient de créer son association « L’atelier des petites mains » et propose des ateliers le samedi matin.
Elle a pour projet de suivre la formation pour les 3-6 ans et de proposer aux parents d’accueillir toute l’année leurs enfants avec des apprentissages selon la méthode Montessori.

Chrystele vend donc sur sa boutique des jeux inspirés de la pédagogie Montessori : des jeux d’enfilage, d’emboitement, des hochets super mignons… à des prix tout doux.

Je vous invite à découvrir sa page Facebook ici

Et pour la bonne surprise du jour, nous vous proposons de participer à un concours afin de gagner le jeu de « Perles en bois à enfiler » que mes filles ont eu le plaisir d’essayer!

concours chrystele

Pour participer :

Liker et partager ma page Facebook  ainsi que la page Facebook de Chrystele

Les conditions de participation sont expliquées sur ma page Facebook.

Bonne chance!

 

L’homéopathie pour soigner nos enfants

homeopathie.jpg

J’ai souvent cherché sur le net des traitements homéopathiques pour les petits maux de mes filles, n’étant pas super fan de tous ces médicaments, prescrits à la pelle et SURTOUT ayant une poulette qui refuse catégoriquement d’avaler le moindre sirop… même au gout de fraise ou de caramel!!

Quand je vous dis que j’ai des rebelles à la maison !

Bref, je me suis dis que cela pourrait vous intéresser de connaitre les traitements utilisés à la maison et qui ont fait leurs preuves. En sachant qu’ils ont tous été conseillés par notre médecin ou pharmacien. Et info utile également, sur prescription médicale, ils sont entièrement remboursés.

 

A savoir : l’homéopathie se prend en dehors des repas, environ 1 heure avant ou après. Les granules ne doivent pas être touchés par les doigts, auquel cas leurs effets ne seraient pas optimaux. Mettez les directement du tube à votre bouche, et placez les sous la langue. Pour les plus petits, vous pouvez les diluer dans un peu d’eau.

Pour ANGÉLINA,13 ANS :

  • Défense immunitaire : ECHINACEA ANGUSTIFOLIA 9 CH : 1 tube dose par jour pendant tous les mois d’hiver et OSCILLOCOCINUM : 1 dose par semaine pendant tout l’hiver également
  • Maux de gorge : BELLADONNA 9 CH et MERCURIUS SOLUBILIS 5 CH : 5 granules en alternance 3 fois par jour
  • Rhume (nez qui coule clair) : ALLIUM CEPA 9 CH : 4 granules toutes les heures à espacer suivant l’amélioration
  • Prévention de la gastro entérite : ENTEROCOCCINUM 9 CH : 1 tube dose dès l’apparition de la maladie dans le foyer + 1 autre 4-5 jours après si la gastro est toujours présente autour de soi (Ce traitement a également été pris par mon mari et moi même lorsque nos 2 plus petites filles ont eu la gastro, et nous y avons échappé!!)

Pour ALICE, 3 ANS :

  • Coups/bosses : 1 tube dose d’ARNICA MONTANA 9 CH dès que possible
  • Fièvre : APIS MELLIFICA 5CH OU 9CH + BELLADONNA 9 CH : 3 à 5 granules 3 à 4 fois par jour (les deux en même temps)
  • Maux de ventre : CUPRUM METALLICUM 9 CH : 5 granules toutes les heures
  • Diarrhée : ARSENICUM ALBUM 15 CH : 1 tube dose
  • Rhume (nez qui coule clair) : ALLIUM CEPA 5 CH : 4 granules toutes les heures à espacer suivant l’amélioration

Pour ANAIS, bébé :

  • Douleurs poussées dentaires : CHAMOMILLA VULGARIS 9 CH : 5 granules 3 fois par jour dilués dans un peu d’eau

 

 

 

La pâte à modeler maison ! Super facile !

Notre stock de pâte à modeler commençait à devenir triste… Il était temps de le changer!
J’avais déjà entendu que la pâte à modeler pouvait se faire avec quelques ingrédients alors nous avons tenté !

Et le résultat est vraiment réussi! Nous vous livrons la recette :

Ingrédients :

-1 MUG de farine
-1/2 MUG de bicarbonate de soude
-1/2 MUG de sel
-1 cuillère à café d’huile végétale
-1 MUG d’eau chaude
– des colorants alimentaires

Mélangez dans une casserole la farine, le bicarbonate de soude et le sel.
Ajoutez l’huile puis l’eau, petit à petit.
Chauffez la casserole sur feu moyen et remuez jusqu’à ce que la pâte se décolle du fond.
Retirez la casserole du feu et laissez tiédir.
Divisez la pâte en autant de couleurs souhaitées, ajoutez le colorant et pétrissez jusqu’à obtenir une jolie pâte!

Dans notre pâte verte, nous avons ajouté des paillettes, les enfants adorent !!
Bon amusement!

PS: Le point positif de cette « recette » est qu’elle ne contient aucun ingrédient nocif et peut donc accidentellement être mise à la bouche des plus petits sans danger.

pâte à modeler

L’histoire de Maria MONTESSORI

Maria-Montessori2-1

Maria MONTESSORI, figure emblématique de la femme en devenir du début du vingtième siècle, nait dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, en 1870, dans une petite ville provinciale des Marches, en Italie.

Elle sera dès le début du vingtième siècle docteur en médecine, licenciée en philosophie, psychologie et biologie. Jeune femme engagée dans son époque, elle participe activement à l’ardente campagne menée, non seulement en Italie, mais dans le monde entier, en faveur de la conquête des droits politiques et sociaux des femmes. Elle apporte au mouvement féministe une contribution active. Elle représentera l’Italie aux congrès féministes de Londres 1889 et de Berlin 1900.

Elle est tout d’abord médecin pour femmes puis s’occupe des enfants déficients en Clinique Psychiatrique, ceux que l’on appelle à l’époque « les idiots ».
Ils n’ont aucun moyen, s’amusent avec des miettes qui trainent.
Elle se rend compte que les activités spontanées plaisent aux enfants, qu’ils se déploient dans la liberté.
Elle rencontre deux grands médecins éducateurs français : J.G ITARD et E. SEGUIN.
Elle découvre l’importance de développer les sens.
Après sa rencontre avec les médecins français, elle propose leur matériel aux enfants déficients, et les résultats sont considérables. Non seulement ces enfants réussissent les examens italiens mais ils les réussissent encore mieux que les enfants dits « normaux »!

Ce matériel est donc partagé à tous les enfants.
Maria Montessori crée un lieu adapté, la Maison des enfants, la toute première à San Lorenzo en 1907 avec :
-des tables et des chaises à hauteur des enfants
-un SAS pour laver les enfants sales de San Lorenzo afin qu’ils puissent entrer en classe propres

Elle remarque que les enfants répètent leurs activités de nombreuses fois. Elle observe…
Elle se rend compte que l’enfant a des caractéristiques humaines qu’il faut développer.
Plusieurs périodes sensibles sont repérées.
Il faut créer un lieu qui propose des activités spontanées et la liberté de mouvement pour l’enfant.

Les périodes sensibles :

La période sensible du mouvement : l’enfant a besoin de bouger, de se déplacer.
En conséquence, les activités sont pensées pour créer un mouvement volontaire (1 cube à la fois pour la tour rose, loin du rangement par exemple)

La période sensible du langage : c’est vers deux ans que le langage apparaît, on assiste alors à une véritable explosion des mots et cette période va s’étendre jusqu’à environ 7 ans.

La période sensible du développement sensoriel : les neurosciences ont prouvé que l’enfant a besoin de manipuler pour développer son intelligence.

La période sensible du développement social : l’enfant a besoin de 3 ans pour connaitre l’environnement qui l’entoure, la différence entre lui et ses proches, ses voisins…
De 3 à 6 ans, il construit sa relation sociale par des activités individuelles, il n’est pas capable de travailler en groupe avant 6 ans environ.

La période sensible de l’ordre : c’est la construction de la confiance en soi, la régularité, les habitudes, la sécurité intérieure.

La période sensible des petits objets : contrairement à l’adulte, les très jeunes enfants ont d’abord la capacité de remarquer les petits détails de leur environnement.

En respectant chaque période sensible, Maria Montessori met en place un environnement adapté.
Exemple de la tour rose : toujours rangée au même endroit (ORDRE), il faut aller la chercher cube par cube (MOUVEMENT), trouver le plus petit ou le plus gros cube (LANGAGE), il n’y a qu’un seul exemplaire donc c’est chacun son tour (DEVELOPPEMENT SOCIAL)…

L’enfant a un esprit particulier, un esprit absorbant (tel une éponge).
Inconscient jusque ses 3 ans, il fait ensuite ses propres choix.
Vers 6 ans, les caractéristiques changent et il y a ensuite plusieurs périodes observables des 6/12 ans, des 12/18 ans et des 18/24 ans.

Le matériel MONTESSORI nourrit les caractéristiques humaines, les périodes sensibles.
Il est destiné à donner à l’enfant une clé pour aller plus loin dans l’exploration de son développement.
Par exemple, les pichets d’eau ou de transvasement de riz, le matériel qui permet de visser/dévisser servent à préparer aux mouvements de l’écriture.

Elle organise des cours internationaux à partir de 1913. De nombreuses associations et organisations caritatives lui demandent de créer des maisons d’enfants. Elle multiplie les voyages pour effectuer des conférences et organiser des stages de formation pédagogique.
Lors de la première guerre mondiale, Maria Montessori tient une conférence aux Etats Unis.
Elle fait connaitre sa pédagogie.
Lors de la seconde guerre mondiale, elle est en Inde et se rend compte que les caractéristiques humaines sont les mêmes partout.
Elle développe des cours de formation, crée des écoles.
C’est ainsi que les écoles Montessori se déploient.
Certains pays mettent en place l’instruction officielle Montessori (en Finlande par exemple, pays où les résultats scolaires sont les meilleurs…).
Elle restera en Inde jusqu’en 1946.
En 1952, elle retourne en Italie, puis s’installe aux Pays Bas, où elle meurt à l’âge de 81 ans.